Martel et Martel
 

Notre blogue

Copropriétés : l’entretien préventif, une obligation

02 octobre 2017 par Anne Martel

La loi oblige tous les copropriétaires d’un immeuble à se doter d’un programme d’entretien préventif. Pourquoi? Simplement, pour éviter d’importantes factures liées à un mauvais entretien. Mais encore faut-il appliquer le programme. La tâche semble lourde et exigeante? On a des solutions.

Ce que dit la loi
Pendant des décennies, le mauvais entretien des bâtiments détenus en copropriété a été à l’origine de bien des soucis. Du jour au lendemain, les copropriétaires se retrouvaient avec une facture salée à acquitter ou avec des hausses considérables de leurs frais de copropriété. Imaginez que, dans votre édifice de 12 unités, des travaux évalués à 50 000 $ soient soudainement nécessaires et que le fonds de prévention, lui, compte 8 000 $. Une somme considérable, répartie sur les épaules de quelques personnes seulement. Résultat : certaines copropriétés se trouvent dans une situation financière précaire.

L’entrée en vigueur de la loi 122, en 2013, a changé la donne en introduisant l’obligation, pour les copropriétaires d’immeubles de 5 étages ou plus et de stationnements étagés, de se doter d’un programme d’entretien préventif. Ils sont également dans l’obligation de recourir aux services d’experts qualifiés afin de faire réaliser une inspection des façades et des stationnements étagés tous les 5 ans. À la suite de l’inspection, un rapport doit être remis aux copropriétaires. Description des travaux à accomplir, échéancier recommandé, évaluation des coûts : vous aurez l’heure juste et serez en mesure de vérifier si votre fonds de prévoyance est suffisant pour apporter les correctifs nécessaires.

Plus qu’une question d’esthétique
Lors de l’inspection d’une façade, en plus de rechercher des signes de détérioration, les inspecteurs peuvent faire des percées exploratoires pour vérifier la présence de déformations, d’efflorescences, de corrosion, d’infiltrations, de fissures, etc. Une opération qui engendre des frais importants.

Dans l’optique de trouver des façons plus efficaces, aussi fiables, moins coûteuses et tout en respectant la loi, on a établi un partenariat avec HyperRésolution, une entreprise spécialisée dans l’inspection de façades qui emploie des technologies d’imagerie hyper résolution et un scanneur au laser afin de recueillir toute l’information nécessaire. Voici quelques avantages :

  • Coûts moins élevés de près de 45 %, notamment parce que le recours aux nacelles, aux grues, aux échafaudages et à la machinerie n’est plus nécessaire
  • Information plus détaillée
  • Délais de réalisation plus courts

Ce type de solution facilite donc l’application des mesures prévues dans la loi tout en optimisant la gestion physique des immeubles dans le but de faire de la prévention.

Un carnet d’entretien numérique spécifiquement pour les copropriétés
On a également misé sur les solutions proposées par RD3C, un spécialiste en gestion d’immeubles, en planification et en mise en œuvre des actions visant la maintenance des édifices. L’entreprise propose un outil de gestion qui aide les administrateurs de copropriétés à planifier leurs interventions préventives sur les bâtiments : le carnet d’entretien numérique.

Entièrement informatisée, cette solution permet aux administrateurs de :

  • Contrôler les risques liés à un éventuel manque de prévention
  • Planifier les tâches d’entretien et de gestion pour l’exécution des réparations, y compris de désigner un responsable
  • Se doter d’un calendrier – global et mensuel

Évidemment, grâce à une meilleure connaissance de l’état de votre immeuble, votre assureur sera en mesure de mieux évaluer les risques qui y sont associés et de déterminer une prime juste et équitable. Mieux encore, il pourrait voir d’un bon œil votre volonté de préserver le bon état de votre immeuble, ce qui pourrait éventuellement se traduire par une réduction ou un gel de primes ou encore par une baisse de votre franchise. Qui dit mieux?